✔ Réflexions sur notre corps

Respirez et santé

Les anciens guérisseurs ou guérisseurs utilisaient des techniques non agressives pour décrire l’état de santé, d’esprit et de caractère, le corps est la manifestation physique de l’esprit.

Nous n’avons pas à changer pour être heureux, nous devons plutôt connaître et travailler sur le bien que chacun de nous possède.Respirez et santé

Souvent, nous avons une mauvaise image de nous-mêmes, nous pensons que quelque chose ne va pas, que nous devons changer pour être heureux.

Mais nous sommes tous bons et nous pouvons être heureux. Comme je l’ai déjà mentionné, nous n’avons qu’à connaître et à travailler sur le bien qui est en nous.

Les anciens sages ont observé que les gens ont souvent des blocages énergétiques dans les organes internes qui se concentrent dans l’abdomen et entravent le flux d’énergie. Le émotions négatives, telles que la peur, la colère, l’anxiété, la dépression et l’inquiétude, sont les plus nocifs. Le surmenage, stress, accidents, chirurgie, médicaments, toxines, mauvaise alimentation et Mauvaise posture ils nous posent également des problèmes.

Si les émotions négatives ne trouvent pas d’exutoire, elles s’enflamment dans les organes ou se déplacent vers l’abdomen, où une partie des déchets émotionnels est traitée, mais plus lentement. Le centre énergétique du corps situé au niveau du nombril devient congestionné et isolé du reste du corps.

Avec exercices de méditationLes sages ont appris à regarder à l’intérieur et ont découvert que de nombreuses maladies pouvaient être guéries en éliminant les toxines et les forces négatives qui les provoquaient du corps.

Quand une personne malade demande de l’aide, elle va chez un thérapeute, elle est chargée de beaucoup d’énergie et d’émotions malades et veut décharger tous ses maux sur la personne qui prend soin d’elle, niant sa propre responsabilité de guérison.

L’esprit est insensé, le corps est sage. Si nous pouvons entrer dans les profondeurs de notre corps, nous y trouverons l’âme, le corps est un univers miniature.

La plupart des problèmes sont psychosomatiques car le corps et l’esprit ne sont pas deux choses distinctes. Nous pouvons traiter tous les problèmes par l’esprit ou par le corps.

Certains pensent que tous les problèmes ne sont que physiques et dans 50% des cas, ils réussissent. Ils croient qu’ils auront plus de succès avec l’avancement de la science, mais ils ne seront jamais plus de cinquante pour cent, parce que les cinquante pour cent restants sont l’esprit.

Un autre groupe pense que tous les problèmes sont dans l’esprit, ce qui est tout aussi faux que le premier.

Comprendre nos corps

L’idéal serait de ne pas soigner les maladies, mais de soigner les gens.

Si nous jeûnons, le corps le fait, Mais qu’arrive-t-il à l’esprit? Ou de l’autre côté, si nous avons des pensées sexuelles, Qu’arrive-t-il au corps? QIl est rapidement affecté.

Au Japon, ils enseignent aux enfants une méthode simple pour contrôler la colère. Lorsque vous ressentez de la colère, il vous suffit de prendre une profonde inspiration. Essayez-le, vous ne le sentirez pas, la colère a besoin d’un rythme de respiration spécifique, sans ce rythme, la colère n’apparaît pas.

Nous choisissons principalement le mauvais, le triste, le déprimant, le malheureux. Parce que?

L’éducation et la façon dont nous sommes traités, des enfants, nous apprenons que de la colère ou de la tristesse nous parvenons à capter l’attention et nous continuons à grandir, tandis que les gens heureux passent inaperçus, car ils seuls suffisent, mais c’est notre choix.

Nous pouvons vivre la vie de deux manières, l’une est avec l’effort, la volonté et l’autre est en niant l’effort, c’est un état de se laisser emporter par la vie.

Si nous apprenions à nous détendre au lieu de nous battre et à lâcher prise au lieu de forcer, à certains moments, il y aurait un changement majeur dans la qualité de la conscience. Ne luttons pas contre le corps, ni contre la nature, ni contre quoi que ce soit, nous serons donc en paix, en sécurité, calmes et satisfaits.

Nous utilisons le corps depuis soixante-dix, quatre-vingts ans ou plus, mais nous n’avons rien inventé qui puisse se comparer à lui et nous ne le remercions même pas.. Si nous respectons notre vie, nous saurons respecter la vie des autres.

L’éducation, la famille, la société et l’école créent des tensions pour nous, c’est que nous ne faisons pas ce que nous « nous devrions » faire et cela crée une division interne pour nous, de sorte qu’une partie condamne l’autre partie.

La vie passe vite, elle est dynamique, pas statique, donc une chose peut être bonne un moment et mauvaise le suivant.

Normalement, l’esprit est conscient de la douleur, jamais de la satisfaction. Lorsque notre corps fait mal, nous le ressentons, mais lorsque nous sommes en bonne santé, nous n’en sommes pas conscients.

Les gens ne sont pas aussi malheureux que nous voulons le paraître. Nous avons notre bien Moments heureux, mais ces moments passent et nous ne les percevons pas. Nous nous souvenons de la douleur et de la souffrance.

Nous devons le réaliser désormais et nous serons surpris de voir que le bonheur augmente avec le temps et la douleur et l’adversité diminuent.

Il arrive un moment où cette douleur fait partie du jeu, elle nous dérange de moins en moins et nous en arrivons à l’accepter.

JOSEP MASDEU BRUFAL

Naturopathe

0/5 (0 Reviews)