AMOUR SANTÉ CHANCE SUCCÈS partie 2: les portes-bonheurs

August 20, 2018

 

Cette semaine, en route pour découvrir quelques porte-bonheurs !

Le programme est assez chargé puisque nous jetterons du riz sur des mariés et une pièce dans une fontaine, le tout en portant un slip porte bonheur avec un trèfle à quatre feuilles à la main !

 

Au réveil ...

Au saut du lit, pour s’assurer une journée pleine de succès, sautons dans notre slip porte bonheur !Et oui, sans celui-ci, la réussite n’est pas assurée ! ... Ah bon ?

Comme tous les porte-bonheur du type « objet du quotidien », le phénomène est fortement psychologique.

Avec un porte bonheur sur les fesses ou dans la poche, on a plus confiance en soi. Lorsqu’on se fait confiance, alors on peut accomplir de vrai miracle par rapport à ce qu’on croit possible. I

l n’en reste pas moins que c’est la confiance en soi le vrai porte bonheur, pas le slip...

 

Sur la route ...

Après avoir revêtu notre plus beau slip donc, voilà qu’il est temps de se mettre en route pour le mariage de Paul et Léa, en route, pourquoi ne pas chercher un trèfle à quatre feuilles pour s’assurer que notre discours de témoin du marié va bien se passer ?

Le trèfle à 4 feuilles est rare.

La probabilité d’en trouver un en jetant un simple coup d’œil sur la pelouse est très faible. En trouver un est donc un « coup de chance » !

Et si l’on est assez chanceux pour trouver un trèfle, alors croyons en cette chance pour nous venir en aide le reste de la journée ou pour réaliser un souhait !

Nous, êtres humains, avons une forte tendance à donner à l’extérieur (ie : la chance), plus de pouvoir qu’à nous même.

En faisant cela, la vie est plus simple, puisqu’il n’y a plus de notion de responsabilité.

N’empêche que in fine, au travers de cet élément extérieur qu’est la chance, c’est notre confiance en nous qui est renforcée.Tiens, voilà un trèfle à nos pieds... Allez on le ramasse avant d’aller faire notre discours... On ne sait jamais!

 

Vive les mariés !

ça  y est ils ont dit oui ! La cérémonie s’est bien passée, il est temps de jeter du riz sur les mariés pour leur promettre une belle vie et un foyer prospère et ... Fertile !

Ce rituel du riz vise à éloigne le diable et les démons, qui rassasiés ne s’en prendraient pas au couple  (certains textes évoquent une préférence des démons pour l’âme du marié...), et laisseraient donc la famille vivre en paix. On entend aussi dire que la force et la fertilité du riz serait ainsi transmise au jeune couple.

Ce qui est intéressant, c’est que cette pratique existe depuis des siècles et est aussi répandue dans des pays pauvres.

Jeter du riz, c’est jeter de la nourriture.

Si l’on est capable de jeter de la nourriture, alors cela signifie qu’on en assez pour vivre... Les jeunes mariés, ou les parents des mariés, qui fournissent le riz, montrent donc par ce geste qu’il y a assez pour nourrir toute la famille... Le petit bout de chou à venir inclus!

Jeter du riz, de la nourriture, c’est un symbole d’abondance. Le principe d’attraction dit que l’on attire ce que l’on demande, ce dont on a besoin. Par le geste du lancer de riz, on appelle donc l’abondance de nourriture, qui permettra à la famille de s’agrandir en mangeant à sa faim.

En jetant du riz, on favorise donc un état d’esprit d’abondance sur le couple.

le diable et les démons sont donc éloignés en même temps, puisqu'ils représentent tout ce qui pourrait nuire au couple (famine, maladie, infertilité...).

 

Aujourd’hui le lancer de riz est interdit par de nombreuses communes, car les grains attirent les oiseaux (qui ne manqueront pas de donner leur approbation aux mariés sous forme de fiente ...). Mais il faut aussi dire que le riz est difficile à ramasser et rend donc la tâche des agents communaux compliquée. Bref aujourd’hui, jeter du riz lors d’un mariage, c’est compliquer sciemment la vie de la municipalité ... On pourrait presque qualifier ce comportement de ....Démoniaque ;) ?

 

Le banquet

Suite à ce mariage réussi et au magnifique jeté de riz, nous voici au banquet, dans un lieu magnifique, avec une très belle et grande fontaine dans les jardins.

Et on peut noter qu’il y a de nombreuses pièces au fond de cette fontaine... Et si on en jetait une ?

Cette croyance nous vient tout droit de la Grèce Antique.

Dans la mythologie grecque, pour aller au royaume des morts, le défunt devait payer Charon, le passeur, sous peine d’errer 100 ans sur les bords du Styx (les limbes).

Pour payer son passage, une pièce était déposée dans la bouche du mort, afin qu’il l’emporte avec lui dans l’au-delà.

Petit à petit, jeter une pièce de monnaie dans la fontaine ou dans un puits est devenu un moyen de payer une avance au passeur... Le dos tourné à la fontaine, pour ne pas l’attirer trop tôt !

A cette époque, les familles n’avaient pas forcément les moyens de donner une pièce au mort, et si l’on prend le cas des soldats, il n’était pas sur que leur dépouille recevrait une pièce si ils tombaient au combat... Payer son passage soi-même, à l’avance, semblait donc être la solution idéale !

Aujourd’hui, jeter une pièce est synonyme de faire un vœu. Encore une fois, on touche aux phénomènes de confiance en soi, et de renforcement de l’intention pour activer la loi d’attraction.

A noter aussi que l’argent collecté de cette façon sert le plus souvent à l’entretien de la ville ou est reversé à des associations ... Une vraie façon de contribuer à la vie locale ! Au final cette journée s’est bien passée, quelle chance !

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Posts à l'affiche

J'y crois et je réussirai !

December 21, 2018

1/5
Please reload

Posts Récents