Rencontre avec un pêcheur endormi

February 8, 2017

 

J'aimerais aujourd'hui partager avec vous une rencontre fortuite, faite il y a quelques temps, à l'occasion d'un voyage en train, et au sujet de laquelle je voudrais vos avis.

 

Alors vous venez? On voyage ensemble ?

 

 

 

 

 

Posons le cadre et le décor

 

Après quelques arrêts du TER qui s'avançait lentement, mais sûrement, un père, la quarantaine, et sa fille d'environ 10 ans se sont joints au carré que j'occupais.

 

Quelques banalités échangées avec père et fille plus tard, celle-ci se tourna vers une occupation plus intéressante : dessiner.

Je retournais pour ma part à ma lecture du moment, entrecoupée de longs regards à travers la vitre sur le paysage brumeux et de quelques coups d’œil sur le dessin en devenir de la fillette.

 

Ce fut un pont de bois, seul, qui apparut en plein milieu de feuille de papier blanc. Il fut vite rejoint par une rivière coulant de l’est vers l’ouest qu'il enjambait. Puis le décor s'étoffa et des montagnes aux pics acérés apparurent dans le lointain. Leur profil se découpait sur l’azur du ciel. Leurs sommets luxuriants laissaient présager des créatures fantastiques, des trésors et des dangers, tels les gardiens des secrets d’un monde qui restait à découvrir. En traversant le pont de bois qui craquait sous les pas, on atteignait une plaine herbeuse qui s’étendait à perte de vue jusqu’au pied des montagnes barrant l’horizon . Un doux parfum de fleurs s’élevait dans l’air et

 

Papa choisit ce moment pour lever la tête de son ordinateur, et rappeler à sa fille qu’à une telle hauteur, si c’était des montagnes, il y aurait sûrement de la neige.

« Et puis, ajouta t’il, les vraies montagnes elles ne sont jamais pointues comme ça, tu oublies l'érosion. Quitte à ne pas mettre de neige, tu aurais pu faire des rangées de collines, ça aurait été plus doux, et ça aurait donné une impression de profondeur».

 

Et le réchauffement climatique alors ? La neige c’est très surfait, bientôt ça n’existera plus ! Non mais !

 

Reprenons

 

... Le vent soufflait doucement dans les roseaux qui parsemaient les berges du cours d'eau. A moins qu’un petit animal ou une grenouille y ait il élu domicile et ne soit à l’origine des balancement de ces étranges végétaux....

La rivière au caractère joueur voyait ses eaux cristallines tourbillonner dans son lit peuplé de nombreux poissons. Ces derniers, habitants joyeux de ce monde enchanteur, avaient des écailles colorées de pourpre, vermillon, abricot ou encore fauve ou corail . On apercevait leur éclat à travers les remous de la rivière. Au sud de la rivière, un grand arbre étendait sa ramure sur la prairie. Il était idéalement situé, à quelques pas seulement de la rivière dont on entendait le murmure, et son ombre rafraîchissante invitait à fermer les paupière et à se laisser aller.

 

Soudain un pêcheur surgit, semblant venir de nulle part. Il installa sa ligne dans le courant de la rivière et posa son seau sur la berge, attendant qu’un des poissons merveilleux se laisse prendre. Alors qu’il observait sa ligne, il avisa des branchages accueillants du grand arbre, et décida d’aller s’y adosser. Peu de temps après, ses paupières se fermèrent et il glissa dans le sommeil, quand

 

Le tournant de l'histoire

 

Papa, jetant un nouveau coup d’œil sur le dessin, lâcha alors la phrase fatidique : « Il va falloir m’expliquer comment tu comptes attraper un poisson en dormant »

 

Pourquoi ne serait-il pas possible d’attraper un poisson en dormant dans le dessin d’une petite fille ? Pourquoi en ouvrant les yeux, le pêcheur ne trouverait-il pas quelques poissons qui auraient sauté dans son seau, et qu’il pourrait installer dans le petit étang derrière sa maison ? Pourquoi ces poissons ne seraient-ils pas des poissons-rêves que seul un pêcheur endormi peut attraper ?

Plus encore, pourquoi ces poissons ne sont-ils pas les rêves du pêcheur, et par leur nature même de rêve, ne peuvent-ils être attrapés que lorsque l’on dort ?

Pourquoi est-ce que tout ne serait pas possible dans le dessin d'une enfant ?

 

La fillette a fini par répondre sous l’insistance pesante de son père que le pêcheur endormi n’attraperait sûrement pas grand chose... dommage pour lui... Et pour elle qui se voyait brusquement ramenée à un monde d'adulte bien matérialiste.

 

Épilogue

 

La fillette retourna à son dessin : soudain le ciel s’embrasa. Un nouvel astre était né, illuminant les montagnes sans neige, la plaine et la rivière. Ce soleil nouvellement arrivé était cependant un grand timide. Malgré un franc sourire, il cachait son regard sous une paire de lunettes de soleil et

 

Haussement de sourcil du papa : « Pourquoi est ce que ton soleil à des lunettes ? Les lunettes de soleil, c’est pour se protéger du soleil... Là il se protège de quoi ? De lui-même ? »

 

Je n’en ai pas entendu beaucoup plus, car je suis arrivée à destination à ce moment là.... Et ça m'a bien suffit !

Il me faut cependant remercier ce monsieur pour ce qu’il m’a rappelé, et dont j’espère me souvenir longtemps.

Oui, sincèrement, merci.

Merci de m’avoir fait prendre conscience que si je le désire, je peux attraper des poissons en dormant.

Je peux l’imaginer. Je peux le dessiner. Je peux l’écrire.

 

Les commentaires successifs émis par le père sur ce dessin m’ont semblé très réducteurs vis à vis de l’imaginaire de sa fille, mais je me fais peut-être des idées, et seule mon imagination a été mise à mal...

 

Et vous qu'en pensez-vous ? J'attends vos commentaires.

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Posts à l'affiche

J'y crois et je réussirai !

December 21, 2018

1/5
Please reload

Posts Récents